LE MONDE D'APRÈS

Avec les deux mois du confinement, de solitude, de privation de la nature, est venue la folle idée de mettre tout à plat, de faire un bilan. Et si on recommençait le monde, qu'on appellerait le monde d'après.
Un monde juste socialement et économiquement. Un monde enfin solidaire et respectueux de l’homme et de son environnement avec un véritable plan de relance écologique.

Fini l'éolien coûteux et destructeur tel qu'il est défendu aujourd'hui. Finies les magouilles, les spéculations financières, finis les dégâts sur la biodiversité et les paysages, fini le mépris des gens.
Fini l'épandage des pesticides jusque sur la nappe de la table de la salle à manger puisque les pesticides seront définitivement interdits...
...Terminées les bouillies chimiques tueuses d'abeilles et vive les fleurs en besoin de papillons.
Reviendra bien vite l'alouette des champs.
Terminées les pollutions, de la terre, de l'air, de l'eau. La défense du climat était un combat ringard de l'ancien temps ! On retrouvera la vraie fraîcheur de l'air d'antan et les rivières n'en finiront pas de couler claires.
On ne verra plus de renards et de blaireaux massacrés au coin d'un bois. Les fusils seront définitivement mis au clou.
Fini l'abattage sauvage des arbres pour des projets douteux.
Finis les déchets mortels qu'on glissait en douce sous le tapis.
A la poubelle de l'Histoire la nature défigurée par les OGM.
Etc... etc...
Terminé enfin le profit à tout crin, le vrai prédateur de la nature.

Aussi, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser que les utopies poussent comme des champignons. Que chacun porte la sienne. Beaucoup sont pressés d'arriver et force les choses. D'autres ne partagent en rien le souhait d'un autre monde et font tout pour que rien ne change ou alors sur les ourlets, histoire de faire bonne figure.
Il faudrait attendre et voir venir. Le monde d'après peut ressembler au rêve de beaucoup, pourquoi pas ? mais aussi, trait pour trait, à celui d'hier et même en pire.

Craignons les utopies.

Et voilà qu'on se souvient soudain des mots du poète...

« ...qu'on ne l'oublie pas, quand elles vont au même but que l'humanité, c'est-à-dire vers le bon, le juste et le vrai, les utopies d'un siècle sont les faits du siècle suivant », « L'utopie est la vérité de demain ».

Et le poète a toujours raison.

J.M.



Le poète est Victor Hugo.